Les communiqués

Le Président Pape DIOP réussit sa médiation en quatre temps

 

Dès son arrivé à Paris, le Président Pape DIOP organise une rencontre séparée avec chacune des fédérations de France de son organisation politique, la convergence démocratique Bokk Gis-Gis, les 19 et 20 février 2016.

 

Le samedi 21 février 2016, il réunit les deux fédérations en vue de créer les conditions favorables à la mise en place d’une fédération unique. A cet effet, les deux parties se sont convenues de dissoudre les deux fédérations existantes et de mettre en place d’un comité ad-hoc paritaire qui comprend dix membres titulaires et deux suppléants issus des deux fédérations.

 

Ce comité se substituera à celles-ci et sera chargé d’élaborer les conditions d’organisation de l’élection d’un nouveau bureau fédéral dans un délai de six mois. Il sera automatiquement dissout à cet issu.

 

Le mardi 23 février 2016, les membres du comité ad-hoc ont tenu leur première plénière dans un palace Parisien, sous l’égide du Président Pape DIOP, en vue de mettre en place un directoire bicéphale chargé de son animation et de son pilotage.
Ainsi chacune des deux délégations avait mandaté un représentant en la personne de Bougoul MBAYE et de Pape Ibrahima THIAM.

 

Une première commission a été mise en place, il s’agit de la commission juridique, chargée de rédiger un protocole qui organise le fonctionnement du comité ad-hoc, mais surtout de produire un règlement intérieur régissant les conditions d’organisation et de fonctionnement de la future fédération de la Convergence démocratique Bokk Gis-Gis. Cette production est la condition sine qua non à l’organisation du scrutin de la future élection du bureau fédéral de France.

 

Le président Pape DIOP s’est félicité du succès de cette médiation qui est l’expression de la maturité des militants de la fédération de France à dépasser leurs divergences et œuvrer dans l’unité pour le développement du parti.

 

Fait à Paris le 23/02/2016

 

Pape Maguette DIOP

Secrétaire de séance

 

 

Crise à l’Assemblée nationale: Bokk Gis Gis charge le pouvoir

 

La Convergence Bok Gis Gis dit être indignée par la « manière cavalière, monarchique et antidémocratique » dont s’est déroulé le renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale sous le regard « complice », du camp présidentiel. Réunis en Comité directeur, jeudi 5 novembre, à Dakar, Pape Diop et ses camarades ont réaffirmé leur appartenance à l’opposition. Bokk Gis Gis a également demandé à son président d’impliquer résolument le parti dans touts les combats visant à préserver les acquis démocratiques et l’intérêt supérieur de la nation.

«Le Comité directeur rappelle[aussi] au président Macky Sall, l’impérieuse nécessité du respect de l’Etat de droit et des principes républicains consacrés par notre loi fondamentale. »

Lamine Sow

 

Discours de Macky Sall: la réaction de Bokk Gis Gis de France

 

Nous avons assisté à une opération d’autosatisfaction d’un président en manque de crédibilité et de vision.

Face un pays bloqué, le Président Macky s’est ainsi affiché ce soir comme un récidiviste de l’inertie, prouvant une nouvelle fois qu’il préfère le rafistolage au changement, l’immobilisme à l’action.

Après les vœux/aveux d’impuissance du Président Macky Sall, une évidence s’impose : 2016 doit être l’année du oui massif pour la réduction de son mandat.

La fédération Bokk Gis Gis de France

 

 

Communiqué politique de Fédération de FRANCE

 

Longtemps annoncé, le Président a finalement procédé hier au remaniement ministériel, en nommant Mme Aminata TOURE, premier ministre en remplacement de Monsieur Abdou MBAYE.

La fédération Bokkgisgis-Diaspora de France a pris acte de cette décision. Les citoyens sénégalais, qui ont conduit au pouvoir le 26 mars 2012, Macky Sall sont déçus. Ce n’est donc pas un changement de l’équipe gouvernementale qu’ils attendent mais un changement de cap.

Les résultats attendus concernant l’amélioration du pouvoir d’achat, les problèmes d’assainissement, les délestages récurrents, l’activité économique, la garantie des libertés publiques et l’instauration de la « gouvernance vertueuse » sont quasi- inexistants. Le nouveau gouvernement doit engager de toute urgence une nouvelle phase du quinquennat pour redonner à notre pays des raisons d’espérer.

La Fédération de France.

Fait à Paris le 2 septembre 2013