Ibrahima Thiam à Cheikh Sadibou Diallo :

" Le navire tangue, les passagers inquiets doivent-ils suivre sans broncher un capitaine de bord désorienté ? "

En vous répondant, j'ai conscience de donner à votre démarche calculée, un intérêt qu'elle ne mérite pas.
Je me suis dit ensuite que vous vouliez faire taire tous ceux qui élèvent leur voix pour dénoncer les dérives d'un pouvoir autocratique, partisan et clanique. Tout le monde est unanime aujourd'hui pour dire que le président Macky Sall n'est pas à la hauteur de la mission qui lui a été confiée par le peuple sénégalais. Macky Sall n'a toujours pas réussi à susciter d'adhésion à sa personne ou à ses propositions. Comme disait James Freeman Clark, "la différence entre un homme politique et un homme d'État est la suivante : le premier pense à la prochaine élection et le second à la prochaine génération". Mais notre "petit président ou grand président "comme vous préférez, a utilisé tous les arguties juridiques possibles pour prolonger son mandat de 5 ans à 7 ans. Son désir inaltérable de durer au pouvoir l'a poussé à renier toutes ses promesses. Pour se maintenir, Macky tente de réduire "l'opposition à sa plus simple expression". Quel visionnaire !

Est-ce donc un crime de lèse-majesté d'affirmer que les 65% des Sénégalais qui ont sanctionné Abdoulaye Wade, sont aujourd'hui embarqués dans une aventure incertaine. Le navire tangue, les passagers inquiets doivent-ils suivre sans broncher un capitaine de bord désorienté ? Comme le décrit si bien notre ami Famara Diocou (PDS/France, Ndlr), nous avons délaissé le troupeau pour suivre une brebis égarée. Le président Macky Sall ne s'inscrit nullement dans la lignée de ses illustres prédécesseurs.

Par contre le mépris dans vos propos dénote la négation de toute forme d'engagement politique en dehors de l'APR. Je ne dénigre pas, j'exprime mon opinion et j'argumente. Chacun est libre d’exprimer ses opinions, sans être réprimé et/ou censuré. Votre majorité est en crise à cause de sa susceptibilité, de son arrogance, de son incapacité à traiter ses opposants d'égal à égal. J'ai la sensation d’une petite érosion de la liberté d’expression qui n’est pas due à la censure mais à la pression insidieuse d’une pensée unique qui rend certains sujets tabous.

Cher Monsieur l'ambassadeur, permettez-moi de vous rappeler que vous avez dans votre "auguste université" de l'APR, des partisans qui mériteraient d'obtenir le diplôme "d'injurologie" (Moustapha Cissé Lo, Mbaye Niang, Abdou Mbow etc ...).

Pour autant, je salue votre brillante plaidoirie bien qu'elle soutienne l'indéfendable. Je vous souhaite de récupérer les clefs du siège de votre parti en France afin que vous puissiez continuer d'être le gardien du temple.

Faire de la politique, ça sert à rester humain. Selon la belle formule de B. Kriegel (l’État et les Esclaves), c’est “le sommeil de la raison” qui “engendre des monstres”.

Ibrahima THIAM
Coordonateur Bokk Gis Gis France